[ITW] Limite du burn-out direction le Chili

Classé dans : INTERVIEWS | 0

 

Qui est Tomas ? Quel est son parcours ?

Tomas R…..a 29 ans, il est originaire de Lyon , ville qu’il a quittée à l’âge de 19 ans pour faire ses études en journalisme et en web marketing.

À la sortie de l’école, il se dirige sur Paris et travaille comme chargé de communication dans le web chez N…..  Faute de poste plus attractif il devient pigiste indépendant pour diverses sociétés.

C’est pendant cette période que Tomas se découvre une  passion pour les voyages  (toujours bien organisés et sur des courtes périodes).

Et puis en 2015, il prend son courage à deux mains et se lance dans une aventure bien plus longue et moins réfléchie au Chili.

Cela a été une excellente décision, qui lui a permis de découvrir un pays extraordinaire et de faire de belles rencontres, qui lui ont ensuite permis de s’installer au Canada.

Aujourd’hui,il travaille comme rédacteur à son compte pour des journaux.

Tomas souhaite partager son expérience, expliquer que changer de vie est possible et  qu’il ne faut pas en avoir peur.

Le Chili, découverte d’un pays aux mille visages.

 

« L’Amérique du Sud et ses paysages à perte de vue me faisaient de l’œil depuis longtemps. Lassé de la routine de ma vie, épuisé, à la limite du burnout, m’exiler signifiait survivre. Je quittais donc la France et ma ville natale de Lyon un jour d’octobre. Je pris un aller simple Paris-Santiago, et quelques (longues) heures plus tard, je débarquais dans le pays de mes rêves.

 

Mon objectif n’était pas de travailler, loin de là. J’avais économisé suffisamment d’argent pour me la couler douce quelques mois, et je comptais bien profiter de mon exil à temps plein pour découvrir ce nouveau pays ! Santiago fut tout de même légèrement décevant. Les anciens atouts de cette métropole (à savoir une vallée extrêmement fertile et verdoyante) sont relativement limités aujourd’hui. La ville est très urbanisée, bruyante et sale. Santiago ne me retint au final que le temps de visiter une poignée de musées, et de boire un verre dans un bar festif du quartier de Bellavista. Je pris donc le premier bus direction Valparaiso trois jours plus tard.

Voyage-Santiago-Chili

 

Je ne m’y attendais pas, et pourtant, c’est à Valparaiso que je décidais de m’installer. À 115km à l’ouest de Santiago, cette petite ville portuaire me charma immédiatement. En effet, cette ville très hypster est jonchée de collines (45) et offre aux visiteurs un vrai labyrinthe à parcourir à pied. Pendant mon séjour là-bas, jamais je ne me lassais de découvrir des maisons biscornues et peinturées de graffitis, ou d’emprunter de vieux escaliers perdus dans les vallées. Les vieux funiculaires bringuebalants étaient certes terrifiants, mais à l’image de cette vieille ville tentant de survivre. Bref, je m’y sentais bien, comme chez moi.

Valpairaiso

 

Pendant neuf mois je vivais chez une dame du nom de Gabriela Sanchez, qui me louait une petite chambre à un prix cassé. Elle grommelait souvent, mais n’oubliait jamais de me préparer mon petit-déjeuner tous les matins. En réalité, elle me rappelait ma mère ! Je décidais ainsi de prendre ce temps loin de tout pour écrire, et je m’attablais tous les matins au Café del Poeta (véritable salon de thé ouvert sur la place mettant à l’honneur les poètes chiliens).

 

Je profitais aussi de tout ce que le Chili avait à offrir pour voyager. Les bus ne coûtent pas très cher et sont vraiment luxueux (certains offrent même des couchettes et films à la clé !). J’ai donc pu visiter pendant quinze jours San Pedro de Atacama et ses magnifiques plaines et déserts arides; La Serena et ses douces plages, ses criques isolées et ses ports de pêche (à ne pas rater, je n’ai jamais vu de ciel aussi pur de ma vie !) ; mais aussi Iquique, Arica, les parcs nationaux du Sud du Chili, et la Patagonie. Tous ces voyages furent absolument fantastiques, et le fait d’avoir une base à Valparaiso rendait tout cela plus reposant, car j’avais toujours un lieu de repli.

Parc-Voyage-Chili

Ces voyages furent aussi une occasion en or pour rencontrer de nouvelles personnes. Bien entendu, la population chilienne, très abordable et souriante, mais aussi les vadrouilleurs comme moi, en quête d’aventure ou de repos. Je rencontrais là-bas une femme du nom de Laurence. Québécoise, elle venait uniquement faire un reportage sur la ville d’Antofagasta (la cinquième plus grande ville du Chili). Tous les deux curieux et écrivains dans l’âme, nous avions beaucoup de points communs. Elle me vanta surtout les avantages d’une vie à Montréal, et me donna sa carte de visite. Je me mis à réfléchir…Paris n’était plus une option, et je ne pouvais pas travailler dans ma langue au Chili. Les vacances devaient prendre fin un jour ou l’autre.

 

C’est ainsi qu’un petit mois plus tard, je décidais de quitter le Chili pour m’installer à Montréal. Nous étions en juin 2015, et avec l’aide de Laurence, mes papiers et mon PVT en poche, je débarquais au Canada. Le retour à la vie normale fut très déstabilisant.

J’avais pris l’habitude de voyager comme bon me semblait, trouvant une auberge de jeunesse par-ci, par-là. Seulement, une ville comme Montréal nécessite un minimum de préparation !

Après avoir trouvé un studio dans Le Plateau et acheté des meubles, j’ai du faire face à la forte demande en déménagement du 1er juillet (Au Canada, c’est LA date à éviter pour un déménagement). Impossible de trouver une compagnie pour m’aider à transporter mes meubles ! Finalement, la compagnie Déménagement Pause-Café m’aida à emménager dans mon nouvel appartement. Puis, Laurence me trouva un travail de journaliste pigiste dans son journal, et je commençais ma nouvelle aventure canadienne.

 

Ce que je retiens de mon aventure de neuf mois au Chili : des paysages absolument magnifiques, des restaurants délicieux, et des gens sympathiques. Mais ce voyage m’a surtout permis de récupérer et de respirer, car je pense être fondamentalement heureux aujourd’hui.

Il ne faut jamais hésiter à prendre une pause, aussi courte ou longue soit-elle.« 

Merci à Tomas R…. qui a souhaité partager cette aventure sur ce blog !

 

À lire aussi sur le sujet

Laissez un commentaire